Imprimer cette page

Histoire

Le Fronton - Partie de pelote au rebot Le Fronton - Partie de pelote au rebot


La famille LAHET


C'est dans ce site exceptionnel qu'un nom s'impose : les LAHET. Cette famille d'ancienne noblesse Navarraise connue depuis le début du XIIème siècle, prit part à la quatrième croisade avec Louis IX et Thibaut de Champagne et vint s'établir à Sare. On pense que cette famille s'allia au Seigneur Garcie Arnaud d'Espelette qui construisit la maison forte de "Harismendia" en 1289.

Le village

001Face à la mairie, le fronton "Temple à ciel ouvert", inséparable du microcosme basque. De cette place partent des routes bordées de platanes centenaires qui relient d'innombrables fermes à colombages, groupées en une dizaine de hameaux, tel celui de Ihalar avec ses maisons fin du XVIème siècle, début XVIIème siècle et sa chapelle Sainte Catherine fondée en 1481, ainsi que celui de Lehenbiscay, remarquable pour ses maisons rurales à lorio ainsi qu'un chapelet d'oratoires semés ça et là autant de prières.
Ce paysage est dominé par la rude masse des roches de la Rhune, montagne mythique du pays, domaine des vautours, et des "pottok" .
Un document de 1505 donne la liste de 81 maisons anciennes.

La monarchie

Sous la monarchie la petite "République" de Sare bénéficia d'une quasi-autonomie, mais en 1793-1794, restée fidèle à l'église, elle connut un triste sort: toute sa population fut déportée et le village rebaptisé : la Palomière. En 1794, lors de la campagne de Pyrénées Occidentales, la Tour d'Auvergne "Premier grenadier de France" s'illustra à Sare sur la hauteur de Sainte Barbe.
Puis en 1813, succéda l'invasion Anglo-hispano-portugaise. La deuxième moitié du 19ème siècle vit le repli des troupes carlistes vaincues.

Le second empire

Durant le deuxième Empire, Napoléon III et l'Impératrice Eugénie, firent de fréquentes excursions aux grottes de Sare, et à la Rhune. Ce fut l'époque où tout ce que Biarritz comptait de gens illustres venaient s'imprégner de l'authenticité d'un village basque aux festivités légendaires : des princes de la Cour de Russie, Edouard VII, Roi d'Angleterre, la Reine Nathalie de Serbie. Certains grands maîtres de la pensée, tels W. Webster, Karl Bouda et H. Schuchard philologues, résidèrent dans cette patrie du célèbre poète basque JB Elissamburu.
Après la seconde guerre mondiale :
Les visiteurs de marque furent également nombreux : Ho Chi-Minh, Aki Ito alors prince héritier du Japon. Orson Wells, Winston Churchill, le général de Gaulle, le Maréchal Montgomery...

La table des facéries

borne-36Aujourd'hui encore la vie pastorale a subsisté ainsi que les conventions juridiques (facéries) qui consacrent la communauté des pâturages. Près de la borne (R36) au col de Lizuniaga (220 rn) se trouve au lieu-dit " Lizuniako-Mugarria", la table de pierre qui pourrait bien être un menhir renversé ou tombé
La frontière suit très souvent ce type de monolithe datant de la Préhistoire. Les traités internationaux ont avec sagesse gardé comme repères un certain nombre de ces points où l'homme préhistorique avait placé un signe matériel. A cette table se tenaient et se tiennent toujours les facéries entre Sare et ses voisines navarraises.


Les redoutes

Vestiges de la campagne des Pyrénées Occidentales (1794) et des guerres de l 'Empire, les redoutes construites par l'armée du Maréchal Soult sont nombreuses.Cette ligne de défense fut submergée le 10 novembre 1813 par les troupes anglo-hispano-portugaises de Wellington. L'ouvrage le plus important est situé au lieu-dit Aira-Harri (550 m) et à 600 m au Nord Est de la halte dite des Trois-Fontaines du train à crémaillère de la Rhune. Appelée Redoute de Mouiz (Koralhandia) elle est en forme d'étoile à 6 pointes et construite en dalles de grès. D'une hauteur de deux mètres, épaisse de 80 cm, elle s'étend sur 1.040 m.
Les autres ouvrages plus ou moins bien conservés sont : la Redoute de l'Ermitage de la Rhune, Ermitebaïta, Mendibidea. la Redoute de Louis XIV de la chapelle d'Olhain, crête fortifiée d'Argaïneko, les Redoutes de la borne frontière 29, de Sainte-Barbe, de Suhalmendi, de Granada, de Muno-Handia, et d'Idoyko-Bizkarra.